Malheur à toi si tu n'es pas un être super social!

Publié le par Illyria

Je ne suis donc pas le genre de personne qui sympathise facilement avec les gens, qui est toujours super à l'aise, qui fait rire es gens, qui s'intègre facilement dans un groupe, qui a plein de potes/d'amis, qui a toujours quelqu'un à voir, quelqu'un à qui parler. Non, cette description ce n'est pas moi. Et j'aimerais pouvoir l'accepter et le vivre sereinement.

Or il y a toujours, toujours, cette culpabilité qui traîne quelque part au fond de moi, qui me hante. "Tu n'es qu'une loseuse et une pas douée sociale" "Tu ne devrais pas accepter d'être en retrait, de ne pas t'intégrer dans un groupe." "Tu devrais être à l'aise devant les autres, tu devrais faire rire les autres, arrêter d'être toujours autant sérieuse et sourire plus." "Tu devrais voir plus de gens et passer plus de temps avec eux. Les autres passent du temps avec leurs amis pendant que toi tu es seule, c'est mal, ce n'est pas bien du tout." Toujours cette culpabilité qui m'empêche d'être en paix. 

Parce que pour la société c'est mal vu d'être comme ça, on est perçu comme étant timide, comme manquant de confiance en nous, comme ne correspondant pas à l'image sociale que les gens ont.

Et pourtant. Comme déjà dit, j'ai fait une thérapie cognitivo comportementale en 2011, et depuis je sais surmonter mes peurs, je vais au delà de mes pensées et de mes anticipations spontanément négatives, je sais que je ne dois pas me dévaloriser, je sais aborder les gens, je me fais confiance, je sais que je peux y arriver, je sais m'analyser et me remettre en cause, je sais aller au delà.

Je le sais tout ça, je sais que je peux être à l'aise avec l'autre personne, mais que c'est surtout question de contexte. Je sais que je n'ai pas toujours besoin de voir les autres mais que j'ai besoin de me retrouver seule. Je sais que je ne suis pas toujours en contact avec des amis/potes, que je ne suis véritablement proche de personne, mais je sais qu'il y a des personnes qui m'aiment et qui m'apprécient, et que je peux les voir et leur parler. Je sais que si je veux parler avec quelqu'un, je peux le faire. Je sais que je peux faire une présentation en public, même si je ne suis pas super à l'aise. Je sais que je suis appréciée même si je ne suis pas le "boute en train" du groupe, même si je ne suis pas toujours en train de sourire ni de rire. Je sais que je n'ai pas besoin de sympathiser avec quelqu'un sous prétexte que c'est un collègue ou une personne de ma classe. Je sais que j'ai seulement besoin de discuter avec cette personne, mais que je n'éprouve pas le besoin de sympathiser avec elle, parce que cette personne ne me correspond pas. 

Je sais que ma personnalité ne se résume pas à mes aptitudes sociales. Je sais que j'ai plein d'autres qualités et plein d'autres intérêts, qui font que les personnes m'apprécient. Je sais que j'ai une personnalité qui vaut la peine d'être connue. 

Mais il y a toujours ce truc qui me hante, qui me bouffe "Tu ne corresponds pas au modèle que la société voudrait que tu sois. Alors travaille, sois plus à l'aise avec les autres, ne sois plus "timide" (je ne supporte pas ce mot d'ailleurs), intègre toi dans les groupes, arrête de faire bande à part, sois plus drôle, sors avec plus de gens, parle plus facilement, parle plus, exprime toi." Toujours ce truc qui me fait dire que non ce n'est pas assez et que je devrais faire plus.

Mais moi j'ai envie de dire merde à tout ça. Je commence à me connaître et à prendre conscience de qui je suis depuis que j'ai accepté de me libérer de l'emprise des autres (cf la dépendance affective), j'apprends à me connaître, toujours un peu, toujours un peu plus, et moi je ne ressens pas le besoin de devenir cet être super sociable qui sympathise facilement avec les gens et qui est à l'aise partout. Si je ne me compare pas aux autres, ma vie et ma sociabilité me conviennent comme elles sont. Si je ne pense pas au modèle que la société veut nous imposer, ma vie et ma sociabilité me conviennent comme elles sont.

Je suis comme je suis, je ne ferme aucune porte, je suis ouverte aux gens, je discute avec eux, je suis ouverte aux opportunités, j'aime découvrir des choses, j'aime sortir de ma zone de confort, je ne me limite pas à mes peurs. Le principal pour moi c'est de faire ce que j'aime, d'être avec les gens que j'aime et qui m'aiment, c'est de toujours saisir les opportunités qui me sont proposées, et après le reste, ça se passe comme ça doit se passer.

Je sais ce que je peux améliorer et ce qu'il faudrait que j'améliore, mais en attendant, je veux juste m'accepter comme je suis, et accepter ma sociabilité comme elle est. Je veux juste être en paix avec moi même. Donc oui je ne suis pas cet être super social, et je n'ai pas l'intention de le devenir. Et ce n'est pas une question de peurs. Ce n'est pas moi, point final. 

Malheur à toi si tu n'es pas un être super social!

Commenter cet article

Asmaa 04/10/2014 07:31

Moi c'est tout le contraire. Je suis un peu trop sociable et limite trop vite avec l'aise. En fait, je pars du principe que je suis ce que je suis. Qui m'aime, me suive. Pour les autres tant pis. Dis comme ça, ça fait un peu mégalo mais pas du tout. Au contraire, c'est plus une thérapie qu'autre chose. Penser que l'on est au top permet de relâcher la pression et donc facilite le contact avec les autres. Même si pour Sartre "l'enfer, c'est les Autres".

Illyria 18/10/2014 10:57

3 ans après, voilà mes réponses à tes commentaires Asmaa, merci beaucoup pour ton passage sur mon blog!
Tu as raison de penser comme ça, qui m'aime me suive, inutile de se prendre la tête avec des gens qui ne nous acceptent pas comme on est. Je garde ton post en tête, parce que justement le fait de ne pas être à l'aise tout de suite et de dire peu de choses ne me renvoie pas du tout une image de quelqu'un au top et d'intéressant, mais c'est une mauvaise façon de penser ;) Merci beaucoup!

Aline - Inspiré et Créé 28/08/2014 22:33

Je me sens tellement en phase ce que tu écris!
Je ne sors pas beaucoup et je n'ai pas beaucoup d'amis. Mais lorsque j'ai besoin de me confier, que j'ai besoin d'aide, besoin de parler ou autre chose, il y a toujours quelqu'un prêt à m'écouter et au fond, n'est-ce pas là le plus important?
Il y a des personnes qui ont des tas "d'amis" et qui lorsqu'ils se retrouvent au fond du gouffre, n'a d'un coup, plus personne...
Ma vie sociale me convient bien même si voir les photos de gens super entourés sur les réseaux sociaux me fait me sentir vide de ne pas être comme ce que la société voudrait qu'on soit... Mais j'apprends à ne pas me comparer aux autres!

Illyria 18/10/2014 10:55

J'ai oublié de répondre à ton commentaire, donc voilà :D
Je vis la même chose que toi, et puis être entourée par des gens, oui mais bon s'ils ne t'apportent rien, à quoi ça sert? Juste à donner l'illusion de ne pas être seul et de ne pas se retrouver seul? Certes, mais entre la solitude et des personnes qui ne t'apportent rien, je crois que mon choix est vite fait...
Comme tu dis, il faut apprendre à ne pas se comparer aux autres et apprendre à être heureux avec soi même! Merci pour ton commentaire :)

eclectik girl 28/08/2014 19:42

j'en parlais il y 2 semaines sur mon blog,
certain me pense asociale, je le suis peut être, mais c'est moi. Changer, se conformer a ce qu'on attend de nous, toujours rentrer dans le moule, c'est usant.
Avoir la force et le courage d’être soi, également, mais au moins ... on est raccord avec ses ressentis !

Illyria 28/08/2014 22:01

Oui voilà comme tu dis, c'est nous, on est comme on est, et puis voilà même si on ne correspond pas à la société... Le principal c'est d'être d'accord avec soi même en effet! Merci pour ton commentaire :)

Melgane 28/08/2014 14:21

Le module de commentaire a bugué donc je ne sais pas si tu as reçu celui que je t'ai laissé, si ce n'est pas le cas dis-le moi et je le reposterai :)

Illyria 28/08/2014 22:00

Merci d'avoir retapé ton commentaire ^^
Oui pareil, tu te sens bien avec toi même, jusqu'à ce que tu vois la vie des autres et que ça te renvoie à ta propre solitude et que tu te dis que t'es bien nulle de ne pas être entourée comme ça aussi... Comme quoi les autres peuvent être vraiment néfastes... Autant se concentrer sur soi et sur ce qui nous rend réellement heureux :)
Merci pour ton commentaire et témoignage!

Melgane 28/08/2014 15:42

Je disais qu'en fait j'étais un peu comme toi : que je ne m'intègre pas facilement dans une bande, que ça prend du temps, que je ne suis pas perpétuellement entourée mais que, finalement, comme toi, ça ne gêne pas. Ça ne me gêne pas jusqu'au moment où je vais voir une photo sur Facebook de filles parties en vacances ou en sorties ensembles... ou jusqu'à ce que ma mère me dise "tu vas sortir avec des amies quand même ! à la fac on sort, on fait des soirées". Peut-être mais peut-être pas. Je n'ai jamais fraternisé avec tous les gens de ma classe, je n'ai jamais eu 10 personnes autour de moi... Mais comme tu le soulève : ce n'est pas pour ça que l'on n'a pas d'autres qualités et qu'on n'est pas intéressant.

Illyria 28/08/2014 15:35

Non je n'ai pas reçu ton commentaire malheureusement Melgane :( Je veux bien que tu le repostes stp ^^ Ca m'intéresse de le lire!

Marie Kléber 28/08/2014 14:06

Très bel article, dans lequel je me reconnais beaucoup. J'apprends à me connaître et m'accepter aussi, mais ça prend du tout. Il y a des moments où je me pose encore des questions, où je me sens coupable de ne pas plus aller vers les autres, d'apprécier autant ma solitude.
J'aime ta conclusion qui est très vraie. Rien ne sert de se changer. Nous sommes comme nous sommes et c'est très bien comme ça!
Grosses bises ma belle. Et merci pour ce billet.

Illyria 28/08/2014 21:58

Oui c'est clair que ça prend du temps d'apprendre à se connaître, encore plus quand les autres nous ont empêché de dévoiler notre personnalité... Mais cela vient petit à petit, en se défaisant du poids de la société, tu es sur la bonne route toi aussi Marie :)
Exactement Marie, merci beaucoup pour ton commentaire! Grosses bises :)