Ces chaînes qui se brisent - "Te revoir"

Publié le par Illyria

Tu me disais que tu m'aimais vraiment et sincèrement, mais tu sais je n'ai jamais compris comment on pouvait aimer quelqu'un mais ne pas lui montrer qu'on pensait à lui, ne pas lui montrer qu'on avait envie de lui parler, ne pas lui montrer par des actes qu'on l'aimait. Tu sais, j'ai voulu être patiente, j'ai voulu être compréhensive. Tu sais, j'ai vraiment voulu essayer.

Mais un jour, je n'ai plus pu. Alors je suis partie. Je suis partie, et j'ai fait le deuil de notre amitié impossible. Je suis partie et je me suis reconstruite. Au début, ça a été difficile. Je me suis posée beaucoup de questions. Je me suis demandée si tu avais été sincère, je me suis demandée si tu avais raison. Je me suis demandée, comment, pourquoi. Pourquoi.

Et puis le temps est passé, et je me suis sentie apaisée, je me suis sentie libérée, je me suis sentie sûre de moi. Oui j'avais fait le bon choix. Quelque chose en moi s'était brisé. C'était ces chaînes qui me retenaient à toi, ces chaînes de culpabilisation. Ces chaines qui me retenaient malgré mon plus profond désir d'être heureuse et d'être libre. D'être apaisée et d'être sereine. Tu sais, la sérénité, la vraie sérénité, c'est essentiel dans la vie. Se sentir bien avec soi-même, s'accepter telle que l'on est, et se sentir bien avec les autres, se sentir en confiance, sentir que l'on est vraiment aimée. Aimée pour ce que l'on est, et pas pour l'intérêt que l'on porte aux autres. Aimée pour sa personnalité.

Je me suis reconstruite et le négatif en moi s'est attenué. Cette sensation néfaste s'est adoucie, je n'avais ni rancoeur, ni rancune. Tu ne faisais plus partie de ma vie, c'était fini, j'étais bien.

Et puis un jour, je t'ai recroisé. On ne faisait pas partie du même monde, nous étions fait de virtuel. Mais ce virtuel a eu l'occasion de se concrétiser à nouveau. Avec d'autres, nous nous sommes rencontrés. Tu étais là devant moi, celui qui m'avait tourmenté. Et je n'ai rien ressenti. Rien. Aucune envie de te reparler. Aucune envie d'essayer de savoir ce que tu étais devenu, ce que ta vie était. Aucune envie de savoir si vraiment tu m'avais aimée. Tu étais là, bien sûr différent des autres. J'avais vécu tant de choses à cause de toi. Mais cela s'arrêtait là. Tu étais là, je t'avais revu, et j'étais éloignée. J'étais distante. Je n'avais plus envie. J'avais réussi, je m'étais libérée.

****    

Article écrit suite à la proposition de Miss Blemis, qui a commencé des ateliers d'écriture, d'écrire sur les thèmes qui lui sont soumis chaque semaine. Le premier était "Te revoir". J'ai écrit a aussi écrit sur ce thème là, voici ma contribution. (la fin est fictive - enfin presque)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Source: Naked in the rain - Deviant Art

Source: Naked in the rain - Deviant Art

Publié dans écriture, relations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article