Anyway, tout est question de ruptures

Publié le par Illyria

"Tout est question d'interprétation: ou tu conclues que toutes les portes sont fermées devant toi ou tu décides que cette crise représente aussi une opportunité. C'est ce qu'il y a de si tragique chez plein de gens, ils oublient que la vie est quelque chose de très malléable, de très flexible, qu'au fond c'est nous même qui choisissons nos limites et nos propres horizons." (Douglas Kennedy, Cet instant là)

"Tout est question d'interprétation" : une phrase qui ne me quitte plus depuis que je l'ai découverte dans ce roman de Douglas Kennedy (oui cet auteur m'inspire beaucoup). Quand on se retrouve face à un changement dans notre vie, à une nouvelle situation, à un nouvel environnement, face à une situation difficile, à un choc, à une rupture, il y a plusieurs façons de réagir, et cela dépend de toi.

Par exemple, mon inconnu du net, auquel j'ai expliqué pourquoi je préférais arrêter, a deux façons de réagir à la situation, deux façons de l'interpréter. Soit il considère que je suis une "démone" qui a joué avec lui, donc que tout est de ma faute et qu'il n'a absolument pas à se remettre en cause, soit il prend en compte ce que je lui ai dit, il cherche à tirer profit de cette expérience et il se remet en cause. Tout est question d'interprétation.

C'est la même chose pour toutes les situations. Soit on en tire profit, soit on ne profite pas de l'opportunité de changement qui nous est offerte avec cette rupture. Depuis la fin de mon histoire avec N., j'ai connu plusieurs ruptures, plusieurs changements de situation. Par rapport à mon histoire avec N., je pourrais simplement considérer que c'est lui qui s'est foutu de moi, qui a joué avec moi, et ne pas me poser de questions sur moi, sur mon attitude avec lui. Et continuer ma vie sans m'interroger sur cette histoire qui appartient maintenant au passé. Suite à mon histoire avec l'inconnu du net, je pourrais me dire que cela a été une erreur, mais peu importe, et continuer à discuter, à rencontrer des gens sur ce site de rencontres pour fuir ma solitude. Je pourrais largement le faire. Suite à mon arrivée dans une nouvelle ville ce début d'année, je pourrais ne pas faire d'efforts et attendre que la semaine passe pour retourner dans mon ancienne ville, et enfin vivre le week end en retrouvant mes anciennes connaissances. Je pourrais faire ce choix au lieu de chercher à rencontrer de nouvelles personnes.

Je pourrais ne pas interpréter ces situations comme étant des opportunités de changement, et continuer à donner à ma vie la même direction.

Mais je n'ai pas fait ces choix. J'ai considéré que mon histoire avec N. était une porte ouverte à des relations amicales et amoureuses épanouissantes et heureuses, avec des personnes qui me conviennent vraiment et qui me respectent. J'ai considéré que ma rencontre avec l'inconnu du net était une opportunité à un travail sur moi et à un changement pour un avenir plus épanouissant et heureux. J'ai considéré que mon arrivée dans une nouvelle ville était une opportunité à de nouvelles rencontres et à une vie sociale enrichie. J'ai choisi de dépasser mes limites, de donner à ma vie de nouveaux horizons.

 

Quand la vie vous offre une opportunité de changement, quand la vie vous fait vivre une rupture au sens large du terme, c'est intéressant de se demander quelle interprétation on peut faire de cet évènement, comment rebondir après. La vie est quelque chose de très malléable, de très flexible. La façon dont on vit un évènement, dont on le perçoit, dépend de nous. A nous d'en exploiter les différentes possibilités et de faire nos choix. 

« que s’écroule ton monde, tu en reconstruiras un meilleur »

(merci Camille G. pour la citation)

 

(Copyright du titre: Camille G. pour cet article)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Anyway, tout est question de ruptures

Commenter cet article

Marie Kléber 16/04/2014 17:00

Je suis assez d'accord avec cette idée. Chaque expérience nous amène à nous interroger, à faire un arrêt sur image, pour voir ce que nous pouvons changer dans notre manière d'être et de vivre. Bien sûr nous pouvons choisir de rester à terre, abattus, victimes toute notre vie. Mais nous pouvons aussi essayer de changer les choses et de vivre mieux.

Illyria 16/04/2014 21:34

Oui exactement Marie, je suis d'accord avec toi. Après je ne parlais pas forcément des situations où on est à terre, abattus ou victime, c'est pour ça que j'ai parlé de mon arrivée dans une nouvelle ville. je parlais de changements de manière générale et de la façon dont on pouvait en tirer profit. Le message était "chaque changement peut te faire grandir, te faire dépasser tes limites, si tu sais l'interpréter comme tel et en saisir l'opportunité"

Romane 16/04/2014 13:09

Hé tout est une question d'interprétation, mais aussi de caractère ! Les choses se voient différemment selon la personne qu'on a en face de nous et ça aussi il faut en tenir compte !

R
http://linconstance.blogspot.fr
Un article tous les jours, naïvetés et futilités au programme,
Viendras-tu ?

Illyria 16/04/2014 21:27

Ton commentaire m'a surprise, a priori j'ai mal exprimé la pensée que j'ai voulu transmettre (ou je n'ai pas compris ton commentaire), mais en parlant de "tout est question d'interprétation", je parlais d'une situation dans laquelle on est la seule personne impliquée. Tout est question d'interprétation oui, je parlais de ma démarche personnelle pour illustrer, mais chacun réagit comme il le veut, comme il le souhaite, comme il le ressent, je ne juge pas ni ne condamne pas. Chacun son ressenti, je m'excuse si j'ai pu te blesser.

Aurélie_gabriel 16/04/2014 12:49

Il y a l'inné, il y a l'acquis. Ton caractère, ta capacité d'adaptation, l'aisance que tu as ou pas en société sont dictés par l'un et l'autre, tu peux essayer de comprendre ce qui tient de l'acquis pour comprendre ton fonctionnement, adapter tes réactions. Mais pour l'inné... Il y a des choses que tu ne pourras pas comprendre, pas modifier parce que tu es profondément toi (je ne trouve pas les mots juste, j'espère que tu arrives à suivre ;p), tu es "née" comme ça. Parfois il faut aussi s'accepter, se dire "ok, j'ai peur, ce changement m'angoisse, j'ai le droit d'avoir peur, peur de la solitude, du jugement des autres". Si parfois tu as l'impression de ne pas avancer assez vite ou de refaire les même erreurs, dis toi que tu as déjà bien travaillé, qu'il y a des choses que tu ne peux pas modifier, alors quand l'obstacle est trop haut, et bien contourne le! l'important étant de ne pas restée plantée devant. Et puis ma bichette, il faut que tu arrêtes de culpabiliser pour l'inconnu, ou pour tout le reste, quand tu prends une décision, c'est ton droit, la façon dont les gens vivent cette décision, ça n'est pas ton problème mais le leur! Tu as déjà assez à faire. Tu n'as pas à te justifier, encore moins à t'excuser! des bises

Illyria 22/04/2014 22:07

Ca m'apporte beaucoup de discuter avec des gens positifs qui me soutiennent, donc si c'est utile et important à mes yeux ce que tu fais pour moi :) Merci beaucoup Aurélie!
Et t'as vu, j'ai changé le fond de mon blog qui est très lumineux maintenant, et correspond plus à mon état d'esprit, j'ai pensé à toi en le faisant ^^

aurélie_gabriel 22/04/2014 12:14

Je t'en prie! Je ne pense pas t'être d'une grande utilité, on discute un peu... Je vois que tu fais beaucoup de "progrès" en ce moment et ça me fait vraiment plaisir pour toi!

Illyria 20/04/2014 21:00

Merci d'avoir répondu à mon commentaire Aurélie, j'avais besoin de ta réponse <3
Tu as bien résumé le sens de mon article, c'était en effet ce message que je voulais faire passer :) Et oui, il ne suffit pas de vouloir quelque chose pour que ça se fasse, il faut prendre en compte plein de choses...
C'est intéressant ce que tu dis pour la fragilité, ça mérite réflexion parce que je suis pour le moment incapable de faire ça, mais ça va venir en apprenant à m'écouter, à ressentir comme tu le dis très justement et à laisser parler mon instinct. J'apprends j'avance j'apprends, merci beaucoup Aurélie :)

Aurélie_Gabriel 17/04/2014 12:41

Mais où es-tu allée chercher que ce texte pouvait être moralisateur? Non je ne l'ai pas vu du tout comme ça, les autres non plus je pense. Tu as proposé une réflexion sur " le changement peut te faire progresser" et personne n'a répondu ce que à quoi tu t'attendais je crois.
Je ne suis pas une grande habituée des commentaires, donc je peux me perdre dans ma réflexion, en suivant le fil de mon idée, et du coup être hors sujet.
Les changements (mini ou grandes révolutions de ton quotidien) t’amènent à devoir t'adapter.
Donc ou tu bougonnes dans ton coin parce que ça te perturbe, que ça n'est pas vraiment comme ça que tu envisageais les choses, ou parce que tu n'as pas envie.
Ou tu décides de voir tout ça comme une opportunité, que finalement ("à toute chose, malheur est bon") tu vas te secouer un peu, en cherchant les avantages de cette situation et tirer du positif de tout ça. C'est ça?
Donc mon commentaire je vais essayer de le résumer, je voulais dire que oui, bien sur être positif c'est la bonne attitude à mon sens, mais que parfois il ne suffit pas de décider les choses pour qu'elles se mettent en place, parfois ça prend du temps, et parfois ça n'est tout simplement pas possible, mais c'est pas une raison pour baisser les bras quand on à fait tant d'efforts.
Pour ta fragilité, elle se sent, tu ne peux donc pas faire sans elle, il est inconcevable de la masquer ou de la réprimer. Il faudrait (attention ça n'est qu'un conseil, de toi à moi, en aucun cas une vérité) que tu arrives à la canaliser, la mettre de coté quand tu n'as pas besoin d'elle mais lui trouver des moments où elle a tout le loisir de s'exprimer.
Et puis parfois, ça fait du bien d’arrêter de tout analyser tout le temps, à trop réfléchir tu oublies de ressentir et de laisser parler ton instinct.

Illyria 16/04/2014 21:51

Mais ton commentaire rejoint une remarque que je me suis faite dernièrement, que je cherchais toujours à avancer, à refuser de stagner, et qu'au final je ne me laissais pas forcément la possibilité d'être fragile aussi, d'aller moins bien. Bref que je voulais toujours me battre, toujours avancer, et que je devrais me laisser la possibilité de plus laisser couler les choses parfois, d'être plus "fragile"...